Identification de l'utilisateur

Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier :
Identification

Mot de passe oublié

ATTENTION : si votre accès à l'espace membres ne semble plus fonctionner, nous vous invitons à effacer le cache et les cookies de votre navigateur avant recharger cette page et de retenter de vous connecter.

21 mars 2019

Rebecca Ruiz partage sa vision des institutions

La future Conseillère d'Etat vaudoise partage avec les membres d'HévivA sa vision des institutions socio-sanitaires et ses engagements pour la branche et ses bénéficiaires.

 

Quelques jours après la clôture des listes, les cinq candidats annoncés pour l’élection complémentaire au Conseil d’Etat provoquée par le départ de Pierre-Yves Maillard, ont été contactés par HévivA. Les candidats ont tous reçu le document « Institutions de demain », qui résume la vision de l’association sur le futur des institutions médico-psycho-sociale et il leur a été demandé d’exprimer leur propre vision du système socio-sanitaire et des institutions membres d’HévivA. L'ensemble des réponses a été publié le 21 février sur ce site.

A l'issue du premier tour et à la suite de l'abandon des autres candidats, Rebecca Ruiz a été élue mardi 19 mars 2019 et succédera donc à Pierre-Yves Maillard au Conseil d'Etat vaudois. L'occasion de partager à nouveau le message qu'elle avait adressé aux membres d'HévivA pendant la campagne.


« Tout d’abord, il faut rappeler que le canton de Vaud et les acteurs socio-sanitaires en particulier seront confrontés à un changement d’importance : en 2040, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans aura doublé. Permettre une prise en charge de qualité qui soit financièrement supportable pour les bénéficiaires : c’est le défi qui se posera ces prochaines années. Ce défi ne pourra être relevé qu’avec la collaboration étroite de tous les partenaires, dont les établissements médico-sociaux font évidemment partie. Avec près de 6000 bénéficiaires hébergés, et la même proportion de bénéficiaires à domicile, les institutions médico-psycho-sociales jouent déjà un rôle majeur et reconnu dans le système socio-sanitaire vaudois.

Une de mes priorités dans le domaine des soins est le soutien aux proches aidants. Ces personnes fournissent un travail énorme qui n’est pas assez reconnu aujourd’hui. Les Centre d’Accueil Temporaire (CAT) et les courts séjours en EMS ont un rôle central à jouer dans ce domaine, puisqu’ils permettent justement d’offrir une relève et de soulager les proches. La même logique est valable pour le maintien à domicile : les CAT auront un rôle encore plus important à jouer ces prochaines années.

En complémentarité avec les CMS, les médecins de premier recours ainsi que les pharmaciens, il est juste de penser les établissements comme faisant partie d’un réseau de soins primaires décentralisé, auquel toutes les personnes qui en ont besoin doivent avoir accès. Il est cohérent de vouloir faire des institutions un pôle de compétence, en collaboration avec d’autres acteurs. Cette logique de collaboration a d’ailleurs fait ses preuves avec les cercles de qualité. De plus, à l’avenir, les institutions pourront offrir des soins plus soutenus, en complément des établissements sanitaires, et en mutualisant certaines compétences si nécessaire.

Enfin, je tiens à ne pas laisser de côté la question des soins palliatifs. Prendre en charge avec la plus grande dignité les personnes en fin de vie est une nécessité absolue, et je souhaite donc renforcer ces programmes.

Le défi du vieillissement de la population ne pourra être relevé, j’en suis convaincue, que si la qualité des soins est au rendez-vous. A ce propos, on ne peut être qu’admiratif devant le travail immense de toutes celles et ceux qui travaillent chaque jour en faveur des bénéficiaires. Les conditions de travail doivent être bonnes, dans l’intérêt des collaborateurs et des bénéficiaires. »

Rebecca Ruiz, candidate au Conseil d'Etat, le 21 février 2019