Identification de l'utilisateur

Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier :
Identification

Mot de passe oublié

ATTENTION : si votre accès à l'espace membres ne semble plus fonctionner, nous vous invitons à effacer le cache et les cookies de votre navigateur avant recharger cette page et de retenter de vous connecter.

29 novembre 2019

Les EMS et EPSM approuvent la bascule salariale, faute de mieux

Réunis en assemblée générale le 22 novembre, les institutions médico, psycho et sociales membres de HévivA ont approuvé la bascule salariale voulue par le Conseil d’Etat à contre-cœur, faute de mieux.

L'accord rate les objectifs principaux définis lors des assises de la CCT au mois de novembre 2018. Le procédé de la bascule ne résout pas les inégalités salariales entre les secteurs publics et parapublics du domaine sanitaire vaudois. Il maintient les salaires des collaborateurs en EMS et EPSM parmi les plus bas et crée de nouvelles inégalités en occultant les années d’ancienneté. La bascule est inéquitable et injuste. Nos collaborateurs méritent bien mieux et HévivA a fait des propositions alternatives tout au long du processus de négociations.

En 2008, lors du passage à DECFO-Sysrem, l’Etat a financé plus de 80 millions pour ses collaborateurs. Une somme qui contraste avec celle mise aujourd’hui à disposition des collaborateurs du domaine parapublic, en contrepartie d’une contribution des employeurs. En 2020, il financera une revalorisation supplémentaire pour les employés du CHUV. Pour la bascule, les EMS et EPSM contribueront à hauteur de la moitié du financement nécessaire en 2019.

La bascule ne doit être qu’une première étape. Un calendrier pour la réalisation d’une véritable convergence entre les salaires de la CCT-San et ceux de la CCT-HRC doit être rapidement défini. Dans ce cadre, priorité doit être donnée à une revalorisation des salaires des soignants (infirmiers et assistants en soins et santé communautaire). HévivA poursuivra ses démarches auprès du DSAS dans cet objectif.